Ut Pictura Poesis

Ut Pictura Poesis

______________________________________________

Textes : Marion Fischer-Barre

Photographies : Jean Jack Moulin

Base sous-marine
© Photographie : Jean Jack Moulin

 La solitude comme ardoise d'un carcan familier.

A jamais effaçable.

J'attends la flamme plaisante, qui de son regard bienveillant adoucira la menace de ces lieux de mystère. Culture étrangère aux racines du berceau, à l'enfance tragiquement dépassée. Réminiscence appelée mille fois dans la fumée noire de ta beauté vaine, ma flamme illusoire! Le long apprentissage des anciens esprits mélancoliques ébréchés tel ce mur de pierre, de glace que je ne sais égayer. Pétrifiante austérité!

Rouge, écarlate, je me déplace stérilement entre ces murs, à la seule esquisse d'un ciel sans aucune salvation. J'attends encore la flamme et l'autodafé barbare de ma pensée précoce, de mes lignes de poussière. Afin de m'ancrer! Afin de trembler!

Tremendum! Fascinans! Face à la solitude prisonnière. De glace devant ce qui paraît nature mais qui n'élève structure pierreuse que dans l'abandon. Combler la brèche. Y inscrire une fleur. Une image en ce lieu. Errance.

Je retire mes pupilles de la grisaille pénétrante. La catharsis est inutile. Le ressenti dominant accuse un sol glissant dont la mouvance est méfiante. Clore ses paupières sous un tremblement rude et sans matière. L'attente à présent, clouée aux entrailles bétonnées. Près d'un dépôt agencé réduit par les ombres, une lumière ambre que le ciel illumine.

Éléments inconnus mais universels m'éloignent d'un pays où sont enterrées mes sources; la culture de la mer, l'immensité humanisée dans un bloc sculpté.

Au loin, le foyer étranger. Délabré et promis au mystère de sa condition. S'y risquer, au creux du vent paternel, qui fait osciller sauvagement mon entité marchante....

Base sous-marine
© Photographie : Jean Jack Moulin

 Je m'attends chaque seconde à vous rencontrer. Entre un ciel coupable et la façade ébréchée. Au sommet de ce mur que je ne peux atteindre, ignorant les pousses encore fragiles qui vous gèleraient le corps.

Dans ces monceaux de terre que vous recueillez, un trésor de nature à chérir toujours. Peu à peu m'en offrez, m'attendant au sommet; mais mon être minuscule prend substance pour effectuer l'ascension. Vous rejoindre au-delà des brèches puis vous parler, niant les failles chaudement gravies tant la peau écorchée, ma montée jusqu'à votre être s'exileront sous votre premier regard. Le visage non vaillant, je m'assiérai dans l'humilité de ma servitude littéraire. Nulle passion sinon intellectuelle; nulle énergie n'ouvrirait davantage le ciel que votre premier mot assuré.


Retrouvez Jean Jack Moulin sur Facebook